MENU

PHILIPPE BERTHO


« (...) “Le plasticien « pop » cartonne aux States»
-Véronique CONSTANCE (Ouest France)

Originaire de Saint Brieuc, Philippe Bertho décide de quitter la cellule familiale à ses 18 ans pour s’aventurer sur Paris .Après différents petits boulots sur la capitale, il intègre une école de peinture décorative sur Reims. Son diplôme en poche, il devient alors artisan peintre décorateur et décroche des contrats auprès des particuliers, municipalités et commerces, acquérant ainsi une certaine notoriété. Certaines écoles de peinture décoratives de Paris et de province en viennent même à solliciter ses talents! Dès lors, Philippe devient enseignant dans ces écoles, ce qui lui permet de dégager du temps et de commencer à peindre sur toiles de petits trompes l’oeil très réalistes.S’en suivent des paysages de scènes urbaines,industrielles, un peu fantastiques, ou la nature reprend le dessus sur les constructions humaines; inspiré par des artistes comme Poumeyrolle, Allemany, Rolland Cat, et d’autres. Son besoin de changement artistique le fait évoluer dans un style plus personnel, proche de l’illustration. C’est alors qu’un galeriste new-yorkais lui propose un contrat qui lui permettra d’exposer ses oeuvres dans les plus grandes villes américaines, et ce depuis plus de 12 ans. Dans ses derniers travaux,Philippe Bertho s’emploie à extirper du réel, quelque chose qui pourrait ne pas venir du réel. La réalité n’est pas une évidence pour lui. La regarder avec une certaine acuité peut en révéler les dessous étranges, un peu foldingues ou absurdes. De toute évidence, il n’y a pas vraiment d’absolu dans le réel, cela dépend de l’oeil avec lequel on le regarde, et bien sûr du degré de poésie qui se trouve derrière celui-ci. « Un personnage ordinaire peut être tout à fait aussi incroyable qu’un héros, ou que de ce qu’on appelle un grand homme. Le réel est un puits sans fond d’inspiration. Les couleurs, les formes des logos, des enseignes et aussi de la nature peuvent inspirer toute une vie. Je transforme, je transfigure des personnages ordinaires dans des mises en scène absurdes et un peu contradictoires si possible; car la contradiction contient toujours quelque chose d’incompréhensible, de mystérieux, d’étonnant. C’est dans l’exercice quotidien de cet ouvrage que j’essaie de trouver ma propre esthétique, d’aimer ma petite folie. »

Dans ses derniers travaux,Philippe Bertho s’emploie à extirper du réel, quelque chose qui pourrait ne pas venir du réel. La réalité n’est pas une évidence pour lui. La regarder avec une certaine acuité peut en révéler les dessous étranges, un peu foldingues ou absurdes. De toute évidence, il n’y a pas vraiment d’absolu dans le réel, cela dépend de l’oeil avec lequel on le regarde, et bien sûr du degré de poésie qui se trouve derrière celui-ci. « Un personnage ordinaire peut être tout à fait aussi incroyable qu’un héros, ou que de ce qu’on appelle un grand homme. Le réel est un puits sans fond d’inspiration. Les couleurs, les formes des logos, des enseignes et aussi de la nature peuvent inspirer toute une vie. Je transforme, je transfigure des personnages ordinaires dans des mises en scène absurdes et un peu contradictoires si possible; car la contradiction contient toujours quelque chose d’incompréhensible, de mystérieux, d’étonnant. C’est dans l’exercice quotidien de cet ouvrage que j’essaie de trouver ma propre esthétique, d’aimer ma petite folie. »

SALONS D'ART CONTEMPORAIN

2016
Londres
AAF
2016
Lille
Art'Up
2015
Strasbourg
ST.ART

PRINCIPALES EXPOSITIONS

2016
Dinard
Galerie Calderone
2000-16
San Francisco
Martin Lawrence Galleries
Boston
Martin Lawrence Galleries
Dallas
Martin Lawrence Galleries
Lahaina
Martin Lawrence Galleries
Las Vegas
Martin Lawrence Galleries
New Orleans
Martin Lawrence Galleries
New York
Martin Lawrence Galleries
Oakbrook
Martin Lawrence Galleries
Costa Mesa
Martin Lawrence Galleries
1996-01
Dinard
Galerie Le Gallou
Paris
Galerie Artima

OEUVRES RÉCENTES